Modèle de déclaration de patrimoine

Charte pour la préservation du patrimoine québécois déclaration de l`auteur du Conseil des monuments et des sites du Québec, Comité d`expression Français d`ICOMOS Canada, avril 1982,1. POURQUOI LA CHARTE? I le texte intégral de la déclaration est disponible sur le site Web de l`UNESCO, à http://www.unesco.org. 2 cette manifestation est rappelée dans la deuxième phrase du préambule de la déclaration. Sur ses implications juridiques internationales, voir FctANCION et LENZERINI, «la destruction des Bouddhas de Bamyan et du droit international», EJIL, 2003, p. 619 et suiv. 3 voir FFtANCION1 et LENZERINI, «la destruction des Bouddhas de Bamyan et du droit interna-tional», une étude commandée par l`UNESCO au professeur Francioni, département de droit public, Université de Sienne, Italie, 2002, au dossier de l`auteur (une partie de cette étude a été publiée ultérieurement dans le journal européen de droit international; voir supra note 2). 4 voir réunion d`experts sur le projet de déclaration concernant la destruction intentionnelle du patrimoine culturel, Bruxelles, Belgique, 9-13 décembre 2002, UNESCO doc. 32 C/25 du 17 juillet 2003, annexe II. Le professeur Wojciech Kowalski (Pologne), le professeur Erik Franckx (Belgique), le pro-fesseur Jiri Toman (Suisse/République tchèque) et le professeur Francesco Francioni (Italie) ont été parmi les experts qui ont participé à la réunion. 5 voir ID., par.

8 FF. Il convient de noter que le texte inclus dans ce document englobe les modifications apportées par le Secrétariat de l`UNESCO après la réunion de Bruxelles (voir infra dans cette section et la section 3), et il ne reflète donc pas exactement le projet tel qu`il a été préparé par les experts bruxellois . 3. ajoute un „cinquième C“ pour les „communautés“ aux objectifs stratégiques existants qui ont été adoptés en tant que déclaration de Budapest sur le patrimoine mondial par le Comité du patrimoine mondial à sa 26e session (Budapest, 2002), qui devrait se lire comme suit: „renforcer le rôle des communautés dans la mise en œuvre de la Convention du patrimoine mondial. Déclaration de Siem Reap sur le tourisme et la culture – construire un nouveau modèle de partenariat-Siem Reap (Cambodge), février 2015 le principal avantage de la ratification, en particulier pour les pays en développement, est l`accès au Fonds du patrimoine mondial. Chaque année, environ 4 millions de dollars américains sont mis à disposition pour aider les États parties à identifier, préserver et promouvoir les sites du patrimoine mondial. Une aide d`urgence peut également être offerte pour les mesures urgentes de réparation des dommages causés par des catastrophes naturelles ou anthropiques. Dans le cas des sites inscrits sur la liste du patrimoine mondial en péril, l`attention et les fonds de la communauté nationale et internationale sont axés sur les besoins de conservation de ces sites particulièrement menacés. L`avantage primordial de ratifier la Convention du patrimoine mondial est celui d`appartenir à une communauté internationale d`appréciation et de préoccupation pour des biens universellement significatifs qui incarnent un monde d`exemples exceptionnels de diversité culturelle et richesse naturelle.

A9 voir Déclaration universelle de l`UNESCO sur la diversité culturelle, cit. supra note 9, article 1. Sur la valeur de la diversité culturelle dans le droit international contemporain, voir LENZERINI, „Riflessioni sul Valore della diversita culturale nel diritto intemazionale“, Cl, 2001, p.